Il m’est difficile de pouvoir parler de FASO juste en quelques lignes tant elle m’a apporté. En effet, de façon personnelle, m’impliquer dans cette association m’a permis de prendre conscience de ce qu’était un engagement, en m’obligeant à prendre des responsabilités et à mieux m’organiser par exemple; FASO m’a rendue à cet égard plus adulte. Ensuite, de façon moins évidente, elle m’a permis d’avoir un nouveau regard sur le monde et de découvrir un ailleurs très loin de mes habitudes. J’ai également eu la chance de partir au Burkina Faso l’année de mon baccalauréat en 2013 et je sais qu’être aussi près d’un quotidien si différent me fait appréhender le monde de façon personnelle, et sans stéréotype mal venu, notamment dans le rapport que je peux avoir à l’argent et dans l’idée que l’on a du bonheur. Si aujourd’hui je suis moins impliquée, du fait de mes études, dans la vie associative, il n’empêche qu’il est certain que FASO a marqué ma vie de façon indélébile. Je pense qu’appartenir à cette association a été l’une des expériences les plus fructueuses et les plus intenses de ma vie pour l’instant.

Océane Jacquin

Prendre part à cette aventure m’a permis de grandir, de prendre confiance en moi notamment pour parler en public. Ça a été une expérience riche en émotions, d’autant plus que j’ai eu la chance de partir au Burkina lors du voyage de 2013. J’ai pu découvrir certains aspects du monde dont je n’avais pas conscience avant, ce qui m’a donné envie de me diriger ma filière actuelle, la Géographie et l’environnement. C’est toujours un plaisir de suivre les avancées du projet et de revenir voir l’association lors de ses évènements. Le projet continue chaque jour de m’impressionner et je suis heureuse d’avoir pu en faire parti.

Léa Guillemet